vclic Étienne est un lecteur régulier de ce blog. Il m’a contacté pour me demander une faveur. Il voulait savoir si je pouvais l’aider à faire connaitre son invention. À la base septique, j’ai découvert qu’il avait un vrai projet. Son invention bien qu’intéressante, n’est qu’une excuse pour nous faire découvrir sur ce blog un monde difficile. Ce jeune homme nous livre son histoire d’inventeur et ce qu’il a du faire pour développer son projet. Vous pourrez lire ci-dessous l’interview de son parcours. Nul doute que ça en inspirera plus d’un, en tout cas c’est ce que je souhaite !

« A vélo dans Paris on dépasse les taxis, à paris à Vélo on dépasse les autos » Joe Dassin

Qui es-tu ?

Je m’appelle Etienne Leborgne,  j’ai 24 ans et suis tout juste diplômé d’une école d’ingénieurs. Mais avant tout je suis un créatif qui aime l’aventure ! C’est dans cette voie que j’ai voulu continuer mon projet professionnel : l’aventure de la création

Curieux et inventif, j’ai remporté trois projets d’innovations. Le premier concours gagné en 2007 au Salon Européen de la Recherche et de l’Innovation portait sur un système mettant en pause la musique de tout appareil musical lors de la réception d’un appel sur son téléphone portable. J’ai imaginé pour le deuxième concours organisé par le groupe SEB Electroménager une balance de cuisine étanche capable notamment d’afficher sur un écran LCD des recettes importées d’internet. En septembre 2012, j’ai été le lauréat d’un concours organisé par la société Renault pour une application multi-outils pour Smartphone permettant principalement d’expliquer à tous les mécanismes d’une voiture.

Lors de  chacun de ces projets, réalisés seul ou en équipe, j’étais au final légèrement frustré de ne pas pouvoir poursuivre le développement des projets par moi-même. J’ai donc demandé d’effectuer mon projet de fin d’étude ingénieur sur une de mes dernières inventions : la remorque à vélo V’CLiC.

En parallèle, j’ai effectué une formation à l’entrepreneuriat pour apprendre à réaliser le développement en aval des projets. Lors de cette formation, j’ai réalisé pendant une période de six mois le processus d’innovation  autour de la remorque V’CLiC, des aspects techniques et juridiques aux aspects commerciaux et financiers.

Quelle est ton innovation ?

Mon innovation, le V’CLiC, est une remorque pour valise (à roulettes !) ou poussette de marché pour tous types de vélos (personnel ou libre service).

C’est un produit pratique, léger, robuste, transportable et indépendant du vélo. Il est dans ce but universel et rapidement installable.

J’ai imaginé cette invention tout simplement en descendant du train en gare de Lille avec ma valise à roulettes, contraint de prendre le métro, monter des marches, puis de marcher jusqu’à chez moi. J’ai eu la « merveilleuse » idée d’utiliser mon câble d’alimentation de mon ordinateur afin d’attacher ma valise à roulettes derrière un vélo libre service.

Deux conclusions sont sorties de cet essai : premièrement le principe est vraiment intéressant et deuxièmement, il va falloir que j’imagine un système plus approprié pour remorquer ma valise (et troisièmement que je rachète un câble d’alimentation pour mon ordinateur… !)

en deux parties principales. Le processus d’innovation en amont m’a permis de développer les aspects techniques et juridiques alors que le processus d’innovation en aval m’a permis de développer les aspects commerciaux et financiers (aussi appelé Business Plan).

La première phase de mon projet a été d’établir un dossier technique. J’ai commencé par organiser dans le temps mon projet, m’imposant des dates butoirs pour les différents livrables et parties du dossier technique. J’ai du établir un cahier des charges, les plans et modélisations informatiques de mon produit tout en devant démontrer la pertinence des solutions technologiques utilisées.

J’ai ainsi réalisé sept prototypes : au bout des quatre premiers prototypes, j’avais un produit abouti testé informatiquement et  réellement ainsi que reproductible industriellement :

v'clic v1(1)

Mais mon produit fini bien qu’il respectait mon cahier des charges techniques négligeait les attentes des  utilisateurs.

Après une enquête clientèle réalisée en 2012 auprès de plus de 600 personnes  (dans la rue et sur internet), j’ai compris que mon produit se devait d’être plus léger, plus compacte et accessible. J’ai donc du revoir complètement mon produit, passant d’un système conçu de poutres d’aluminium, de rotules et boulons à un système pensé au plus simple dans sa conception, sa fabrication tout comme son utilisation. Je suis ainsi passé à la conception d’un prototype composé majoritairement de textile, en sangle, rivet et crochet simple :

v'clic machine a coudre(1) v'clic v2(1)

v'clic 3(1)

En parallèle avec cette partie, j’ai travaillé sur la partie juridique afin de respecter les normes et  législations. Dans ce but, je me suis rendu au centre de l’AFNOR pour pouvoir accéder aux normes des vélos et remorques.

La grande difficulté initiale a été de devoir travailler complètement en autonomie et de n’avoir personne pour corriger mes erreurs. J’ai résolu ce souci en contactant des professeurs de mon école d’ingénieurs afin de m’épauler et me guider dans mes choix et démarches.

Une autre difficulté a été de rédiger un rapport du projet expliquant et prouvant tous mes choix effectués dans cette partie. Par exemple, j’ai du développer comment j’ai choisi mes solutions technologiques (rotules…) alors que je faisais le choix intuitivement.

Après ces trois mois de travail avec un rythme de 10 heures par jour, j’avais en main sept prototypes, dont un final satisfaisant et fonctionnel avec les plans, note technique et documentation associés.

J’ai à ce moment, avant de passer aux aspects commerciaux et financiers, du présenter l’avancement de mon projet à un ensemble de professeurs et de professionnel du vélo…le choc à été dur ! L’oral prévu d’une demie heure a duré au final plus de 2 heures, durant lesquels je me suis fait littéralement attaqué par tous mes professeurs après  ma présentation, relançant sans cesse cette question :  « POURQUOI ? ». Cette présentation m’a fait changer de point de vue sur le rapport dont la rédaction m’agaçait… si le coté technique avait été félicité la partie documentation avait été mal faite.

A l’issu de cet entretien, j’ai donc repris tout mon dossier décrivant et prouvant mes aspects techniques et juridiques : j’avais les bon éléments mais je n’avais pas su mettre en évidence le lien entre toutes mes différentes parties et analyses.

Cela corrigé et voulant toujours croire en mon projet, j’ai continué sur le processus d’innovation en aval.

Comment as tu géré ton projet de création d’entreprise ?

Ayant suivi une formation à l’entrepreneuriat, j’ai transformé ma simple idée innovante en produit durant le processus d’innovation en amont.

Du produit, j’avais comme objectif de créer mon entreprise, un grand rêve, prétentieux voir impossible à mon âge pour les plus grincheux…

Les difficultés durant ma formation à l’entrepreneuriat sont vite apparues. Découragé initialement par le nombre de choses à effectuer et par le scepticisme de certains dans mon entourage, j’ai tout de même persévéré. J’ai en effet reçu de l’aide : un ami, Guillaume Loisel, a accepté de me rejoindre dans cette aventure ! Complémentaire à mes compétences, Guillaume a un esprit cartésien et posé.

Un autre problème majeur a été les frais engendrés par les prototypes. Le V’CLiC étant un produit physique, nous souhaitions déposé un brevet. Sans fond suffisant nous avons opté pour une enveloppe SOLEAU.

Le dernier aspect difficile dans l’élaboration du business plan a été l’aspect financier. L’aspect commercial étant plus familier et compréhensible.  La première difficulté est d’établir des prévisions financières des ventes d’un produit innovant, donc sans produit de comparaison. La solution a été d’effectuer une grande enquête clientèle sur internet et en personne dans les rues. La deuxième difficulté a été de comprendre les différents éléments du business plan. La dernière difficulté était d’analyser les résultats des prévisions financières, de les justifier et de les améliorer. Nous avons résolu ces incompréhensions via la lecture des tutoriaux pour créateur d’entreprise fournit par les banques.

Ou en es-tu aujourd’hui ?

Après avoir effectuer un stage de fin d’étude dans la recherche sur les textiles au Canada  dans le but d’obtenir une crédibilité et une connaissance plus fine des tests de résistance sur les textiles.

Mais en juillet 2013, le groupe Intermarché lance un produit concurrent au mien, le « Koursavélo », créant ainsi une concurrence rude. J’ai donc décidé à mon retour de proposer mon innovation sur la plateforme d’innovation communautaire QUIRKY. Le principe est simple : j’ai besoin de 200 votes des internautes et le site Quirky/Auchan m’aide ensuite à le fabriquer. Mon invention l’est aussi.

Voici le lien pour voter sur le site de Quirky.com. Si d’ici le 06 janvier j’obtiens 200 votes sur le site http://fr.quirky.com/invent/782371/action/vote/query/sort=ending_soon mon produit sera analysé par Quirky dans le but de se faire produire.

N’hésitez pas à aller voter d’ailleurs, j’ai grandement besoin de votre soutien ! « Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse » Nelson Mandela

Merci d’avance à tous ceux qui souhaitent me soutenir !

Bonne fêtes de noël !

Lien pour voter : http://fr.quirky.com/invent/782371/action/vote/query/sort=ending_soon

Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=8L6QGpwcdNM&hd=1

Lien groupe Facebook (photos et vidéos) : https://www.facebook.com/Veclic

———————————————————————————————–

Etienne a récolté tous les votes qu’il lui fallait ! Merci aux lecteurs qui ont amené leur pierre à l’édifice !

Capture(1)

Vous l’aurez compris, Etienne a besoin de votre aide pour fabriquer son produit. Moins de 45 secondes sont nécessaires montre en main. Comme moi, votez immédiatement pour son projet. Trois étapes simple pour cela :

 

1) vous rendre ici : http://fr.quirky.com/invent/782371/action/vote/query/sort=ending_soon

2) Cliquez sur « votez » en haut à droite et vous inscrire (via facebook pour la rapidité – ou en mode classique mais avec validation d’email)

3) une fois inscrit, retourner sur la page 1) pour voter.

 

À l’heure ou je publie cet article, 63 votes sont encore nécessaires. Donnez le votre maintenant !

N’oubliez pas de liker/tweeter cet article dans le cadre du concours de décembre !

  1. Merci pour ce soutien !

  2. Félicitations pour votre parcours d’inventeur/entrepreneur, qui comme souvent est jonché d’embûches. Bonne continuation dans votre aventure

  3. 17 décembre 2013

    Hello,

    Je me pose une question non pas sur la partie commerciale mais sur le produit lui même. Le vélo en photo est un « Velib » lillois si je comprends bien. Le garde-boue orange fait partie du vélo je pense. Y a t-il une solution pour adapter le mécanisme sur un vélo « classique » ?

    Aussi, est-ce qu’il ne serait pas intéressant (à terme) d’inventer également la valise de transport. Quelque chose d’optimisé pour être transporté derrière un vélo et par conséquent sur des distances supérieurs à la marche et à une vitesse plus élevée. Un sac ou valise étanche donc, avec un diamètre de roues plus élevé et dans un matériau plus souple. J’imagine que les petites roulettes en plastique sur les pavés ça doit être bruyant et ça doit secouer le matériel à l’intérieur de la valise.

    Sinon, j’ai apporté ma petite pierre à l’édifice en votant 😉

    Bonne chance.

  4. 17 décembre 2013

    ce n’est pas facile de commencer dans un nouveau projet, je vous souhaite beaucoup de courage et une belle réussite.

  5. Merci pour vos commentaires et remarques !

    Pour le vélo libre service sur la photo, c’est un vélo nantais (même forme que les parisien) les lillois sont rouges et légèrement différents ! Mais mon système s’adapte à tous !
    Le système dans une autre version s’adaptait à tous les vélos, cela ne devrait pas être compliqué de le refaire! Par contre, ton vélo personnel doit avoir un porte-bagage rigide arrière

    Le système pour la valise a aussi été conçu, mais je préférai développer le 1er modèle de base avant de me produire le modèle plus évolué, qui remplace les roues des valises non solides.
    Pour les vélos personnel, et donc pour les longues distance, il existe déjà de nombreuses remorques à vélo, mon produit se veut rapidement installable et ne nécessitant aucunes modifications ni au vélo ni a la valise ou au caddy. Une valise complètement conçu pour cette utilisation a aussi été pensée mais nécessite un nouvel achat de valise…!

    Pour les pavés oui, cela fait du bruit en effet sans pour autant tout casser à l’intérieur, si vous transporter des œufs, cela peut s’avérer délicat !

    Bonne journée !

  6. 18 décembre 2013

    Belle invention et je pense très utile.

    Votre interview montre bien toutes les difficultés (enfin presque toutes !) que peut rencontrer un créateur d’entreprise.

    J’ai voté pour votre projet.

    Bon courage !

  7. 19 décembre 2013

    Passé de 63 à 20 en deux jours, encore quelques votes et on est bon !

  8. 19 décembre 2013

    salut l’ami
    merci pour le cadeau
    et on attend toujours tes fabuleux gadeau
    bon continuation

  9. 29 décembre 2013

    J’aime ces graines d’inventeur en herbe 😉
    Je te souhaite une belle réussite avec ton invention l’ami !

    Amicalement,
    Cédric

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Copyright © 2017 Démarre ton aventure
Tous droits réservés