écoleJe sors aujourd’hui des thématiques habituelles de ce blog en vous parlant d’une injustice criante dans le domaine de l’éducation. Je vais ici tirer à boulets rouges sur les techniques d’apprentissage du système d’enseignement traditionnel regroupant la primaire, le collège, le lycée et même l’université. Pourquoi parler d’injustice ? Parce que je suis convaincu que notre école publique favorise une tranche de la population au lieu d’une autre. Je ne parle pas ici de catégorie sociaux-professionnelle ou de meilleur endroit pour étudier, mais bien du mode d’enseignement. Je n’ai jamais été bon élève. Je peux même dire que j’ai bien galéré pour arriver jusqu’en Master de Finance. Je ne pense pas être plus stupide que mes camarades de l’époque, et je me suis demandé pendant longtemps pourquoi je n’assimilais pas aussi bien les leçons, même si je les comprenais, et pourquoi je n’étais pas capable de bien les restituer au cours des inévitables contrôles. Pendant mes années de Fac, ou je trouvais que j’avais plus de facilité à apprendre qu’au lycée et avant, je me suis dis que la raison été simple : l’intérêt. Je ne voyais aucun intérêt pratique à apprendre le théorème de Pythagore, ne pensant pas croiser un triangle rectangle dans la rue de si tôt, mais beaucoup plus en cours de management stratégique.

À la suite de mes lectures diverses, j’ai découvert que l’intérêt n’était pas le seul facteur qui bloquait mon apprentissage et la mémorisation de mes leçons. De nombreux spécialistes de psychologie et comportement ont aujourd’hui établi qu’il existait trois grands types de personnes. Les visuels, les auditifs et les kinesthésiques. Je me rappel très bien mes cours en Master de Finance où, étant placé tout en haut au dernier rang, j’avais remarqué que la très grande majorité de mes camarades (90%) étaient des visuels. Comment les reconnaitre ? C’est simple, une armée de stabilo surligneur, et des feuilles de notes propres avec des titres bien soulignés. Les auditifs étaient aussi vite repérables, une feuille de note… vide, et une personne très attentive au dire du professeur. J’ai évalué la proportion d’auditif et de kinesthésique à environ 5 ou 7% pour le premier, le reste pour le second groupe.

Ce pourcentage pourrait paraître normal si ces chiffres se retrouvaient dans la population, mais devinez quoi ? Ce n’est pas du tout le cas. Voici les statistiques de deux études scientifiques sur le sujet :

Étude 1 : 55% visuel, 30 % kinesthésique, 15% auditif

Étude 2 : 40% visuel, 40% kinesthésique, 20% auditif

Ses données révèlent une injustice criante. Les visuels sont beaucoup plus présents dans les créneaux de grandes études que les autres. Seraient-ils plus intelligents ? Évidemment non, c’est la faute à l’enseignement.

I) L’école pour les visuels

Tout d’abord, quelles sont les caractéristiques de mémorisation d’un visuel, d’un auditif ou d’un kinesthésique (non exhaustif) ?

école 2Un visuel comprendra mieux une leçon avec un schéma, un graphique ou une image. Il faut que tout soit écrit proprement. Ils retiendront de manière plus efficiente s’ils peuvent souligner/surligner les termes importants. L’astuce pour bien apprendre, c’est les petites fiches cartonnées. C’est le groupe qui apprend le plus facilement.

L’auditif prend très peu de notes. Il entend une leçon, une ou plusieurs fois, et la retient ainsi. L’ouïe est le sens dominant chez eux et ils sont doués pour communiquer. Ils ne peuvent pas se permettre d’être distraits en cours. Pour apprendre ses leçons à la maison, il faut les lire à hautes voix. On peut même prendre une télécommande dans sa main pour mimer un micro, voir pourquoi pas s’enregistrer et s’écouter par la suite.

Le kinesthésique a besoin d’être mis en situation pour retenir quelque chose. Il faut mettre en scène la leçon, construire quelques choses en rapport, donner des exemples concrets pour pouvoir se projeter et assimiler les informations. Ils aiment bouger, expérimenter ou toucher les choses et sont généralement bons en sport. J’ai trouvé un très bon site offrant des techniques pour apprendre, je vous le conseille vivement : ici

On n’est pas purement l’un ou l’autre, mais en général on dispose d’une caractéristique dominante. Il faut la reconnaitre pour apprendre à apprendre.

Je dis qu’il est, pour une certaine tranche de la population, impossible de réussir à l’école, car celle-ci se focalise plus sur les sujets qu’elles traitent que sur ses méthodes d’enseignements. Comment est-il possible que la majorité des élèves qui réussissent soient visuels ? Parce que l’école n’a pas pris la peine de se réformer pour enseigner aussi aux autres.

2) Ce qu’on pourrait faire pour changer

Tout d’abord, redonner espoirs à ceux qui ne sont pas visuels. Savez-vous qu’Albert Einstein était kinesthésique ? On sait bien qu’il n’était pas bon à l’école (tiens donc..), mais sa différence, en effet il était le seul grand physicien kinesthésique, lui a permis de découvrir la théorie de la relativité. Il a expliqué s’être projeté mentalement dans une certaine situation qui lui a permis de faire sa grande découverte. Un nombre incroyable d’autres personnes très importantes dans notre société sont auditives ou kinesthésiques. Déjà, de nombreux grands entrepreneurs, mais aussi la très grande majorité des grands Chefs français ! Comment rester à la pointe d’un domaine tout en dirigeant une armée de personnel sans être intelligent ? Impossible; ce qui prouve bien que votre caractéristique ne va pas vous bloquer dans la vie.

école-3Je pense qu’il serait très efficace de faire découvrir à chaque élève, très tôt dans sa scolarité, de quel type il est. Une simple observation d’une personne pendant qu’elle s’imagine un fait (on observe le déplacement des yeux) permet déjà de déterminer son affinité, mais des testes plus poussée peuvent être effectuées. Une fois que l’élève connait sa caractéristique, il suffira de lui apprendre à apprendre !! Si on m’avait expliqué comment apprendre étant petit, ma scolarité aurait été beaucoup plus facile. Je ne pense pas que cela soit infaisable, il faut juste que nos dirigeants (qui sont souvent visuels, ben oui, grande école = poste important) se rendent compte qu’il y a des gens différents d’eux.

Il faudra ensuite changer les méthodes de formation. Pas que du visuel, pas que des cours magistraux, mais du tactile, du concret, des leçons vivantes pour tous. Je n’ai pas de méthode miracle, seulement des idées, et je sais que c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire, mais pourquoi pas créer des classes en fonction des caractéristiques de chacun ? Je ne parle pas ici de mettre à l’écart des gens, mais bien de leur fournir le meilleur enseignement possible, et on se rendra vite compte qu’on a tous le même potentiel, et qu’il suffit de savoir comment l’exploiter.

Ce texte est un petit coup de gueule contre l’école, car je trouve qu’on gâche un grand nombre de talents justes parce qu’on ne sait pas écouter des études scientifiques, qui ne sont pourtant pas nouvelles (+ de 30 ans). Si on n’est pas capable de changer les méthodes d’enseignements en classe, il faut au moins apprendre à tous comment mémoriser au mieux à la maison quand on travaille seul; il en va de l’intérêt de la France et de l’Europe. J’ai conscience de déballer certaines choses dérangeantes et de toucher à un sujet sensible ici, mais ça faisait un petit moment que je voulais écrire le dessus. J’attends avec impatience vos commentaires et petites histoires. Dites si vous êtes d’accord avec moi, ou si vous me trouvez complètement idiot. Je suis prêt à (presque) tout entendre !

  1. Je suis tout à fait d’accord. Je suis principalement kinesthésique, un peu auditif et absolument pas visuel. Autrement dit, j’ai eu quelques difficultés, j’ai même bien galéré pour être honnête. J’ai vite pris conscience que la méthode d’apprentissage était LE problème mais je n’ai jamais réussi à compenser à la maison. Je ne voyais en effet aucun intérêt à apprendre des formules de maths (par exemple) sorties de leurs contexte, hors cadre pratique. J’aurais aimé que l’on me dise : « On a tel problème et pour le résoudre il nous faut tel outil : la formule (le moyen). Et à la place de cela on nous présente la formule comme une fin en soi, comme le problème en lui même. Il ne m’en fallait pas plus pour décrocher !
    Le problème c’est que les profs ne sont pas psy et il est beaucoup plus facile d’enseigner sous la forme visuel/auditif que kiné. Kiné ça implique de comprendre l’essence même de ce que tu enseigne, alors que visuel/auditif, absolument pas.
    Je pourrais par exemple enseigner la procédure pour créer un réseau de site, en théorie c’est extrêmement simple à comprendre, mais si je devais mettre cette même procédure en pratique ce serait autrement plus compliqué j’imagine. C’est ce qui fait la différence entre un intervenant qui sait de quoi il parle et un prof qui est principalement théorique.

    S’ajoute à cela le malin plaisir que prennent « les » profs à créer des tensions plutôt que de la apaiser, à toujours remettre l’élève en question plutôt qu’eux même et à le casser psychologiquement en rejetant l’incompétence sur son dos.
    Heureusement qu’il y a les livres pour venir en aide aux rejetés du système scolaire 😉

    • Merci beaucoup Bertrand pour ton commentaire ! Je vois qu’on se retrouve sur de nombreux points. L’enseignement n’est pas facile, je sais qu’il y a de très bon profs. Le problème se situerait plus au niveau des décideurs pour moi. Enfin bon, je sais que j’enseignerai à mes enfants les bonnes méthodes pour qu’ils puissent apprendre par eux mêmes selon leur caractéristique.

  2. 20 septembre 2013

    « Le savoir est un crime, c’est pour cela qu’on l’enferme dans les livres. Mais la flamme de la résistance française les dévorera ». Louis Aragon.

  3. 7 novembre 2013

    Je trouve que tu as parfaitement raison de prétendre que l’important dans l’apprentissage est la méthode 🙂 Apprendre à apprendre, c’est peut-être ce qui me reste des trop nombreuses années passées à essuyer mes fonds de culotte sur les bancs de l’école…

  4. 20 janvier 2017

    Complètement d’accord ! Je suis Kinesthésique. Je le sais que depuis peu. ça ne m’a pas empêché d’avoir créer une entreprise employant une trentaine de salariés puis d’avoir géré un camping 4 étoiles et pourtant mon époque école – collège était une catastrophe. C’est à partir du BEP que j’ai réussi à trouver une voie qui m’intéressait et pour laquelle je pouvais mettre facilement en pratique, que ma vie a complètement changée. Du coup, j’ai continué BT, formations diverses puis Master. Cela dit je suis tombée sur de très bons professeurs au collège qui ont su m’orienter selon ce que j’étais. Aujourd’hui, mes filles (11 et 14 ans) ont le même souci mais je ne sais pas trop comment les aider car il y a des cours qu’il est difficile de mettre en pratique ou même difficile de créer des histoires avec. Même en langues vivantes ça reste compliqué. ça m’embête d’attendre une formation professionnelle pour les voir s’intéressées, et prendre du plaisir dans les études. Donc si vous avez des astuces, je suis preneuse et mes filles aussi. Merci pour cet article

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Copyright © 2017 Démarre ton aventure
Tous droits réservés