En réalité, très peu.

Il y a quelque temps, j’ai décidé de recentrer ce blog autour du thème de Growth Marketing et non plus de Growth Hacking. Ces mots de Growth Hacking ne me semblaient plus adaptés à la situation, car extrêmement galvaudés, c’est à dire utilisés à tord pour définir des pratiques qui n’ont rien à voir avec la réalité de la recherche de croissance. Ce que j’appelle réalité, c’est le travail effectué par des Growth Marketeur (Hacker) du monde entier pour débloquer la croissance et faire évoluer l’entreprise pour laquelle ils travaillent; non pas une mode mal comprise par quelques personnes désirant devenir riches un peu trop vite. La définition du vrai Growth Hacker ou du vrai Growth marketeur est identique et disponible dans ce guide.

Je vous livre dans cet article la version courte :

Un Growth Marketeur s’appuie sur des techniques marketing traçables, mesurables et scalables afin de débloquer la croissance d’une entreprise et ceci pour un coût généralement moindre que des techniques marketing dites « classiques ».

 

Le terme de Growth Hacker décrédibilisé

Le terme de Growth Hacker est aujourd’hui décrédibilisé par la croyance de trouver « Le Hack » qui fera décoller votre entreprise. Combien de personnes cherchent la technique infaillible pour augmenter son nombre de followers Twitter ? Et à scraper les groupes Facebook ou Linkedin à la recherche d’email ? On peut en voir partout sur les forums de Growth qui se développent ici et là. Ces personnes, pourtant de bonnes fois, ne se rendent pas compte que la croissance s’établit autour d’un processus complexe qui comprend la mise en place de nombreuses techniques marketing, parfois très réussies et parfois complètement ratées. Ils cherchent à augmenter leur base de follower sans se demander si Twitter correspond au meilleur channel d’acquisition pour vendre leur produit. Ou ils scrapent des milliers d’emails sans se rendre compte que leur taux de conversions sera proche de zéro lors du premier contact.

On cherche le « hack » qui déchire, que personne ne connait sauf un petit groupe d’initiés avides de vanity métric. Croyez-vous que Facebook, Airbnb, Groupon, Slack, se sont développés grâce à un seul hack ? Pas du tout, c’est avec  la mise en place de processus encadrés, souvent basés autour du channel Acquisition-Conversion-Rétention-Viralité-Revenu et par une multitude de tests (rentrant dans le schéma : hypothèse – objectif – mise en place – learning) que ces géants sont devenus si puissant.

Cherchez d’abord à valider votre Minimum Viable Product puis à obtenir de la traction en maximisant l’efficacité de votre channel d’acquisition. Ensuite, lancez-vous dans le Growth Marketing en suivant une méthodologie vous permettant de mettre en place de nombreux tests afin d’améliorer la rétention, la viralité et la conversion de votre produit. Arrêtez de chercher « le hack ultime ».

 

Growth Hacker, plus pour les développeurs ?

Alors là ce n’est qu’un point de vue personnel et une raison de plus pour moi de choisir le terme de Growth marketing. Je pars du principe que les mots  « Growth Hacker » vont mieux à un développeur qu’à un marketeur. Peut-être simplement, car il y a le mot « hacker », c’est à dire bidouilleur et qu’il est synonyme de programmation/sécurité informatique. De nombreux Growth Marketeur ont des connaissances en programmation, mais c’est vrai que la plupart des personnes que je croise tentant des « hacks » sont développeurs. N’étant pas moi-même programmeur à la base, j’ai moins tendance à m’identifier à ceux-ci.

Bref, ce n’est vraiment qu’une question de point de vue, un développeur peut s’appeler Growth Marketeur et un non-développeur Growth Hacker (lire le guide pour débutant concernant ce débat programmeur/non-programmeur), je n’en ferai pas une histoire, promis.

 

Conclusion

On aura compris que la vraie définition du Growth Marketeur ou du Growth Hacker demeure identique. J’utilise ici le terme de Growth Marketeur pour éviter une mode mal comprise et revenir à l’unique but que je recherche, la croissance data-driven. Finis l’ambiguïté du terme Growth Hacker concernant l’idée du « hack qui débloquera tout ». Le Growth marketeur a une vision plus large des besoins de croissance de l’entreprise, peut-importe dans quelle phase elle est, encore en recherche de traction, tentant de se faire connaitre par la majorité de la population (early majority) ou en phase de scaling.

Je suis conscient que cet article ne reflète que mon opinion et je serai heureux de lire la vôtre. Pensez-vous aussi que le terme de Growth Hacker a subit trop d’effet néfaste ? Celui de Growth marketeur vous semble-t-il aussi plus adapté ? Écrivez-moi vos remarques dans les commentaires !

Copyright © 2017 Démarre ton aventure
Tous droits réservés