Growth-Marketing

 

Préface :

 

À qui s’adresse ce guide du Growth Hacking ?

Mis à jour le 26 juillet 2016

 

Je compte être clair sur ce point. Si vous bossez en tant que Growth Hacker dans une entreprise, vous n’apprendrez rien de ce document. Par contre, si vous avez un intérêt à dénicher, comprendre et utiliser toutes les solutions pour débloquer la croissance de votre boite ou de votre service web, ce guide sera une précieuse ressource pour démarrer dans un monde complexe, mais terriblement excitant. Un minimum de connaissances de l’internet suffiront pour comprendre les techniques développées ici et les ressources (outils, sites à suivre et livres) à la fin du document vous permettront approfondir tout ça.

 

Pourquoi est-ce que je publie ce guide (gratuitement) ?

 

Le métier de Growth Hacker est à la mode. On en entend parler un peu partout, mais la plupart des gens n’ont qu’une brève idée de ce que ça représente. Je souhaite publier ce court guide pour aider tous les débutants à cerner le domaine du Growth Marketing, mais surtout pour leur offrir les bases pour se former ensuite par eux-mêmes. Le guide reste gratuit, premièrement parce que je ne fais rien payer sur mon blog (pour l’instant 😉 ), mais aussi parce que ces ressources sont disponibles ici et là sur internet. Je ne fais que condenser des méthodes développées par une majorité d’Américain de la Silicon Valley et y ajouter ma sauce personnelle. Je suis passé par le stade où l’on cherche pendant des heures à droite et à gauche toutes les aides possibles pour comprendre ce qu’est le Growth Hacking; c’est pourquoi je me charge de réduire considérablement vos heures de travaille en vous fournissant ce guide (je suis sympa je sais :p ).

 

Qu’est ce que je vais trouver dans ce guide – pourquoi dois-je le lire ?

 

Tout d’abord une définition du Growth Hacking et du Growth Hacker. En majorité des définitions communes, mais aussi ma vision personnelle.

 

Ensuite une grande partie sur la théorie de base du Growth hacking, qui tourne autour de ces 5 principes :

 

Acquisition

 

Activation

 

Rétention

 

Référent

 

Revenu

 

Pour chacun de ces principes, en plus de l’explication, vous aurez le droit à un exemple concret et à une liste très intéressante de nombreuses pistes à exploiter pour accélérer la croissance de votre propre entreprise.

 

Pour finir et en bonus, une liste exceptionnelle des meilleurs outils utilisés par les Growth Hacker, des meilleurs sites, blogs, forums et livres à connaitre pour tout apprendre le plus rapidement possible. Chouette !

 

I) Définition du Growth Hacking et du Growth Hacker

 

Le Growth Hacking ou (Growth Marketing, c’est pareil) consiste en l’art de débloquer la croissance d’une entreprise en utilisant des méthodes marketings mesurables, traçables, scalables, compris dans un système dédié à cette croissance, et proportionnellement d’un moindre coût par rapport à des actions marketings classiques (voir le livre de Ryan Holliday). Toute campagne de promotion, même « en réelle », comme par exemple la création d’une conférence, peut-être qualifiée de Growth Hack si elle respecte ces critères de mesurabilité, traçabilité et scalabilité. Le terme Growth Hacker fut inventé par Sean Ellis en 2010 (1 marketeur à Dropbox) quand il eut besoin de recruter son successeur; mais des Growth Hack furent répertoriés plus tôt comme le bien connu d’Hotmail : « PS: I Love You. Get Your Free Email At Hotmail » en 1996 déclenchant l’ascension fulgurante de ce fournisseur de boite mail.

 

L’ensemble des grands noms du Net (Twitter, Facebook, AirBnb, Groupon, Dropbox, Evernote…) dédient d’énormes ressources au développement d’une équipe de Growth Hacker leurs assurant la croissance que l’on connait et en embauchant des talents portant l’avenir de l’entreprise sur leurs épaules.

 

Le Growth Hacker  utilise l’analyse des données comme arme principale. Il n’a aucun intérêt à faire de la publicité sans avoir d’abord défini des hypothèses de résultats, créé des métriques à suivre et sans utiliser des outils de tracking et de statistiques lui permettant de mesurer les performances de la technique.

Le Growth Marketeur est habituellement vu comme un hybride entre un codeur et un marketeur.

 

Growth Marketeur

Certains pensent mordicus qu’il est nécessaire de savoir parfaitement coder pour devenir Growth Hacker. Je fais partie du front adverse pour deux raisons. La première est que bien qu’il soit nécessaire de comprendre les problématiques du coding pour quelques Growth Hack, il est tout à fait possible de déléguer le travail à un programmeur efficace, que ce soit en interne dans son équipe ou en externe par exemple via Upwork. Dans les grandes équipes de Growth Hacker évoluant dans les entreprises citées plus haut, seul un ou deux ingénieurs sont responsables de la programmation, pas l’ensemble de l’équipe (Marketeur, Designer, Data-Analytist..).

 

La seconde raison pour laquelle je pense qu’un non-programmeur peut devenir un excellent Growth Hacker est que ce métier demande d’être aussi bien créatif, que curieux, analytique, psychologue, entrepreneur et fou de croissance. La programmation correspond à 5% du travail (sans minimiser le boulot de mes amis ingénieurs, qui by the way ont toutes les qualités citées précédemment), et maitriser un peu de python par ex suffit amplement. Il n’est pas nécessaire de savoir utiliser une API pour dénicher un Growth Hack, seulement de savoir à quoi ça sert. L’immense majorité des outils décrits à la fin de ce guide ne demande aucune ou très peu de connaissance en programmation. C’est dit !

Une dernière chose avant de continuer. Le Growth Hacking n’est pas réservé à la startup qui démarre. La recherche de la croissance s’applique tout à fait dans une entreprise de taille importante même si ça s’avère plus compliqué de part sa structure.

 

II) La théorie de base du Growth Hacking

 

Maintenant que vous avez compris la philosophie du Growth Hacking, il est temps de passer à sa pratique. Une théorie de base permet de diviser les principes de Growth Marketing en cinq points créant ce qu’on appelle un funnel (tunnel) que le client est sensé traverser. C’est en optimisant chacun de ces points, en utilisant des techniques rentrant dans un système dédié au Growth, qu’on obtient la croissance tant attendue. L’AARRR constitue ce funnel dont voici les étapes :

 

le funnel du growth hacking

 

Le non-initié en Growth Hacking va penser que la croissance repose seulement sur l’acquisition du client, mais ce n’est pas du tout le cas. Toutes les étapes suivantes demeurent absolument essentielles, la rétention en priorité, et leurs améliorations peuvent avoir un effet bien supérieur à la seule croissance de l’acquisition.

 

Je vais entrer ci-dessous dans les détails de chacune de ces phases en vous présentant le concept, puis un exemple pour bien saisir la théorie et je vous livrerai quelques pistes vous permettant de mettre en place vos premières techniques de Growth Marketing. Yeah !

 

A : Acquisition

 

acquisition

 

Qu’entend t-on par acquisition ? L’acquisition est constituée de deux paramètres. Tout d’abord la visibilité essentielle pour faire connaitre le produit ou service que l’on vend, puis un second paramètre qui constitue le fait de faire venir le visiteur sur son site, ce qu’on appelle le trafic. La première phase de visibilité a pour but d’apparaitre sur l’écran radar du client potentiel. C’est une sorte de : « Coucou, on est là, tu as vu notre produit ? il pourrait t’intéresser ! ». Toutes sortes de techniques permettent d’attirer l’attention d’une personne, ça peut être de la publicité payante simple (Adwords) ou pourquoi pas apparaitre sur des groupes Facebook fréquentés par des clients potentiels. Cette phase d’évangélisation (traction) est la plus compliquée et la plus frustrante pour une entreprise qui démarre. On sait que notre produit est bon, mais comment se faire remarquer par nos clients pour qu’ils prennent au moins la peine de venir visiter notre site ?

 

Le deuxième paramètre de cette étape d’acquisition demeure de faire venir concrètement les prospects sur notre page de vente. Pourquoi attirer du trafic ? Pour lui fournir plus d’informations sur le service que l’on propose et lui donner l’opportunité de tester le produit pour la première fois (étape suivante d’activation). Une multitude de canaux d’acquisition existent pour obtenir cette visibilité et ce trafic, mais aucun ne sera efficace pour tous les types de business. Vous allez devoir trouver votre channel d’acquisition, en piochant dans les techniques de bases, mais aussi en en élaborant de plus complexes. Une fois que vous aurez trouvé un canal d’acquisition efficace, exploitez-le au maximum, puis dénichez en un autre.

 

Un exemple pour bien comprendre

 

Tout le monde connait Paypal. Qui ne l’utilise pas au moins de temps en temps pour régler ses achats sur internet ?

 

La notoriété et la confiance que les utilisateurs accordent à Paypal ne sont pas arrivées du jour au lendemain, il a fallu à Peter Thiel et à Elon Musk un Growth Hack parfaitement exécuté pour en arriver là. Une technique de Growth Marketing classique consiste à profiter de la visibilité d’une autre entreprise pour apparaitre au grand jour. C’est ce qu’à fait Paypal en intégrant leur fonctionnalité au site d’enchère bien connu Ebay. En créant un partenariat avec le géant du web de l’époque, Paypal a pu acquérir de très nombreux clients et apparaitPaypal imagere comme une solution de paiement parfaite. Quel intérêt pour Ebay d’intégrer les fonctionnalités de Paypal à leur site d’enchère ? Avant les acheteurs devaient envoyer un chèque pour payer leur produit et les vendeurs devaient donc attendre l’arrivée du chèque et son encaissement pour envoyer le produit. Ils se passaient bien trois semaines avant que la transaction soit parfaitement clôturée, mais avec l’arrivée de Paypal, l’acheteur payait directement le vendeur qui pouvait envoyer immédiatement le produit. C’est du tout gagnant pour l’expérience utilisateur sur Ebay et du tout gagnant pour Paypal qui a su profiter d’un énorme trafic pour acquérir ses premiers clients.

 

Ce Growth Hack résulte d’un partenariat entre les deux entités, mais il existe des Growth Hack un peu plus « sauvage » comme AirBnb qui postait ses annonces sur GraigList grâce à son API (leboncoin américain) dans un but identique : profiter du trafic d’une plateforme et la détourner vers son service.

 

19 exemples de Growth Hack d’acquisition :

 

Je vais vous lister ci-dessous quelques techniques classiques à utiliser pour acquérir du trafic et de la visibilité. Je ne rentre malheureusement pas dans les détails, car chacune aurait besoin d’un article de 5000 mots pour être expliquée correctement. Prenez cette liste comme une base d’idée de canal d’acquisition à tester pour votre entreprise, mais gardez à l’esprit que vous en trouverez des dizaines d’autres par vous même en développant vos talents de Growth Marketeur.

 

1. Partenariat classique : vous devez établir un partenariat avec une entreprise qui vise la même clientèle que vous, mais ou vous n’allez pas être concurrent. Vous devez soit apporter de l’argent au partenariat, soit un service à leurs clients. Ex : Paypal/Ebay, point Miles/carte Visa, Android/nouvelle Freebox…

 

2. API : Créez un petit script qui se connecte à une API permet de recueillir les données d’un site. Tous les outils que vous utilisez pour gérer votre compte Twitter fonctionnent grâce à une API qui dialogue avec la base de donnée de Twitter. Dès qu’un service offre un accès API, vous pouvez utiliser les données. (Voir aussi Webhook)

 

3. SEO : là on parle évidement référencement. Les techniques à utiliser sont devenues moins nombreuses avec le temps et les nouveaux algorithmes de Google, néanmoins ça reste une technique importante pour l’acquisition de trafic. (Pensez aussi à la vitesse de chargement de votre site ainsi qu’à rendre votre produit SEO-friendly)

 

4. Se rapprocher des influenceurs/superconnecteur : utilisez les réseaux sociaux pour ça

 

5. Création de concours/événement/ hébergement d’événement/ conférence : Pour se faire connaitre, créez des événements, concours, conférence, ou au minimum participez-y. Souvent de gros efforts, mais si c’est bien fait une bonne source d’acquisition.

 

6. Devenir le complément d’un service : rendez votre produit très utile à l’utilisation d’un service bien connu et tous les utilisateurs du premier service seront vos clients. Ex: Hootsuite pour Twitter, extension Pocket pour Firefox/Chrome, Antidote pour Words/OpenOffice..

 

7. Le blogging : créer un blog pour votre entreprise, postez de bons billets, faites-vous connaitre. Ex : SEoMoZ …

 

8. SEM/RTB : Utilisez les publicités payantes Adwords/Facebook ou encore leur service de retargeting pour obtenir un trafic ciblé, mais payant.

 

9. Commentaire blog/forum/guest post : Soyez présent sur les sites qui intéressent vos prospects. Répondez à leur question, intégrez-vous à la communauté.

 

10. Groupe Facebook/Linkedin/Meetup : comme au-dessus.

 

11. Mailing : un des channel d’acquisition les plus efficaces. Scrapez les emails de vos prospects, et envoyez des mails très ciblés et le moins spammant possible. Le mail a encore plus de potentiel qu’on le pense.

 

12. Programme affilié : Lancez un programme affilié et utilisez la force d’un réseau de blogueur pro pour faire connaitre votre produit (moyennant finance pour chaque vente).

 

13. Utilisez les réseaux sociaux : seulement ceux adaptés à votre business

 

15. La curation : la curation marche encore, soyez présent sur Scoop.it, Pearltrees..

 

16. Utilisez les réseaux torrents comme bittorent pour faire passer du contenu gratuitement et vous faire connaitre. Cherchez comment Tim Ferriss a lancé son dernier bouquin en utilisant ces réseaux en suivant les conseils de Ryan Holliday.

 

17. Nouveau service : tenez-vous au courant du nouveau réseau social ou du nouveau service qui attirent des personnes qui pourraient être vos clients. Vous trouverez un moyen de vous servir de ce nouveau service pour les toucher.

 

18. Présentation : allez parler au événement et faites des présentations. Si vous êtes un expert dans votre domaine, vous pourrez en même temps vendre votre service.

 

19. RP : les relations presses sont souvent chères. Il existe néanmoins des techniques peu couteuse pour offrir aux journalistes des exclus qui vous amèneront beaucoup de trafic. Un seul conseil, visez les relations de qualité avec les journalistes, pas la quantité.

 

Voilà pour les grandes idées d’acquisition. Vous les retrouverez plus en détail dans des articles avec cas d’études sur mon blog sur la page ARCHIVES :).

 

A : Activation

 

activation

 

On confond souvent acquisition et activation. L’acquisition s’apparente à la visibilité et au trafic, l’activation consiste en l’acte de conversion. On peut convertir un visiteur de nombreuses manières selon le produit ou service que vous proposez. On peut vouloir augmenter son nombre d’inscrit ou encore le nombre de personnes ayant passé une première commande, voir combien ont utilisé la barre de recherche du site..

 

Le taux d’activation est d’une importance capitale. Passez de 1% à 2% du taux de conversion et vous pourrez augmenter vos revenus finaux de 100% voir plus. C’est un élément a prendre en considération rapidement et améliorer l’activation de l’utilisateur doit être un objectif pour tout Growth Marketeur. Il existe plusieurs techniques pour cela que vous verrez listés ci-dessous. Même si votre trafic n’est pas encore spectaculaire, vous devez mettre en place les outils vous permettant de mesurer l’activation. C’est le seul moyen de l’augmenter et plus tôt vous obtenez des données plus votre historique vous aidera à comprendre quoi faire pour améliorer ce taux.

 

Un exemple pour bien comprendre :

 

J’ai trouvé cet exemple sur le site suivant : http://www.blastam.com/blog

 

Il résume simplement quel impact peut avoir le travail sur la conversion. L’exemple porte sur le site Nature Air dont l’équipe à effectué des A/B testing pour essayer d’améliorer le taux de clic sur une de ses publicités. Voici la page avant, et celle après le changement :

 

Avant (A) :

expérimentations stats

 

 

Après (B) :

 

testing expérimentation

 

Le taux de clic sur la version A était de 2,78%, il est passé à 19% sur la B avec le simple ajout de la publicité dans le contenu, ce qui fait un taux d’augmentation de 591%. Pas mal non ? Voilà ce qu’on peut faire avec de l’A/B testing et en travaillant nos objectifs.

 

Les exemples de ce type abondent sur internet. Le Growth Hacker se penchera continuellement sur l’amélioration de l’activation qui fait partie intégrante du processus de création de valeur.

 

9 exemples de Growth Hack d’activation

 

1. Améliorer la conversion par A/B testing : j’utilise Optimizely, mais il existe d’autres outils. Vous les verrez à la fin de ce guide dans la partie ressource.

 

2. Expérience mobile : faites en sorte d’afficher correctement votre site sous mobile et tablette et travaillez aussi l’activation de vos utilisateurs sous ces formats. C’est primordial.

 

3. Créer de la vie : sur un site qui semble mort, on n’a pas envie de s’inscrire. Montrez que le site est en vie, même s’il faut poster de faux messages ou inscrire quelques faux profils. Vous ne serez pas le premier à le faire et pas le dernier.

 

4. Retargeting : Faites en sorte que les personnes qui sont déjà passées sur votre site décident de passer à la caisse, ou de s’inscrire ou encore de faire ce que vous pensez important pour votre service. Les campagnes de publicité par retargeting peuvent être une façon de « repêcher » les utilisateurs et de les activer.

 

5. Gamification : C’est la grande mode, on crée de petits jeux qui poussent l’utilisateur à accomplir des tâches que l’on a défini. Très efficace, regardez les exemples des grands jeux vidéos online, c’est les meilleurs pour activer grâce à la gamification.

 

6. 110% garanti : Le satisfait ou remboursé augmente la conversion, réfléchissez à des offres intéressantes. Pourquoi pas des code de réduction ? Testez, testez, testez..

 

7. Le temps : Jouez sur l’urgence. Par ex : les inscriptions seront closes dans 48h !

 

8. Emailing : grâce à vos logiciels de tracking vous savez que certains utilisateurs qui vous ont fourni leur adresse email en s’inscrivant n’ont finalement pas adhéré au service. On utilise le mail ciblé pour activer l’utilisateur !

 

9. Abandon panier : un client est tout près de commander, mais se résigne ? On lui envoie un code de réduction de 10%, on le track, on le tire, on le pousse, on fait tout ce qu’on peut pour qu’il finisse par acheter ! 🙂

 

Vous avez saisis le principe. Tout dépend de ce que vous vendez et de vos objectifs, mais vous détenez déjà quelques idées pour améliorer votre activation et obtenir des % de conversions incroyables !

 

R : Rétention

rétention utilisateur

 

Rétention, voila un terme intéressant ! On appelle rétention la capacité d’une entreprise à garder ses clients et à les faire recommander ou utiliser de nouveau le service. On le compare souvent au terme anglais « churn » (on parle de taux de churn) qui mesure quant à lui le pourcentage de personnes qui quittent le service définitivement pour une autre offre ou pour ne plus utiliser ce genre de produit. La plupart des personnes ont du mal à voir l’intérêt d’améliorer leur taux de rétention, car ils ne saisissent pas bien son importance. Imaginez simplement qu’en moyenne un utilisateur commande 1 produit sur votre site, mais qu’en utilisant de bons outils et en chouchoutant ses clients on arrive à passer ce taux de rétention à 1,3, cela signifie un taux d’augmentation des commandes de 30%, ce qui se répercute directement sur les revenus.

 

En travaillant sur ce taux + celui de conversion, les meilleurs Growth Hackers peuvent faire augmenter le revenu de plusieurs centaines de % et tout ceci grâce à une définition des hypothèses d’objectifs et en mettant en place des outils de mesures adaptés. On parle souvent de boucle de rétention qui consiste à mettre le client dans un circuit qui le pousse à réutiliser sans fin le service.

 

Alex Schultz, le VP Growth chez Facebook parle de la rétention comme le facteur le plus important de croissance et explique très justement que le coût pour acquérir un nouveau client est 7 fois supérieur au coût pour le garder.

 

Un exemple pour bien comprendre :

 

Le NPS (Net Promoter Score) est utilisé depuis plusieurs années pour mesurer la satisfaction des utilisateurs. Souvent après une commande ou feedback clientl’utilisation d’un service, le client est invité à répondre à un questionnaire de satisfaction simple lui offrant la possibilité de noter son expérience de 1 à 10 (ou sa volonté de parler de l’outil à des amis). L’engagement qu’il met à noter le service nous permet ensuite de lui poser une ou deux questions plus larges nous offrant un retour client précieux. Grâce à ce retour client, l’entreprise à la possibilité d’améliorer son service et ainsi d’augmenter le taux de rétention. De très nombreuses grandes entreprises utilisent ce NPS à leur sauce pour obtenir de meilleurs résultats.

 

3 exemples de growth hack pour la rétention

 

1. Emailing : l’emailing est l’un des outils les plus précieux pour augmenter la rétention et la réactivation (un peu différent). Vous allez par exemple pouvoir contacter un client qui n’est pas revenu sur votre site depuis plus de trois mois et lui offrir une offre spéciale pour qu’il commande à nouveau. De nombreuses techniques avec l’emailing peuvent améliorer la rétention.

 

2. Feedback client : Que ce soit avec le NPS ou un outil comme Qualaroo (voir ci-dessous) vous allez pouvoir obtenir des réponses clients et ainsi améliorer l’expérience utilisateur qui engendrera inévitablement une augmentation de la rétention.

 

3. Retargeting : ciblez vos anciens clients avec de la publicité Adwords/Facebook/Twitter est une technique très efficace pour les faire revenir. Les campagnes doivent être spécifiquement créées pour vos anciens clients.

 

Voici trois bases pour démarrer vos améliorations de rétention. Elles peuvent évidemment se décliner sous de nombreuses formes et en prendre de bien plus complexes et efficaces que décrites ici.

 

R : Référent

 

référent

 

Qu’entendre par référent ? C’est simplement le fait qu’un de vos utilisateurs recommande le service à un de ses proches et ainsi vous permet d’augmenter votre nombre de clients. C’est une forme de viralité très efficace avec tous les nouveaux produits web, mais aussi avec les produits physiques. Le buzz, rarement prévu va rendre toutes les personnes qui en parlent référent du produit. Travailler sur la capacité de ses clients à revendiquer l’utilisation d’un produit et même d’en faire sa promotion reste essentiel. La plupart des entreprises récentes se sont construites grâce à cela.

 

Un exemple pour bien comprendre :

 

la box de dropDropbox maitrise parfaitement ce procédé. Pour obtenir de la capacité de stockage gratuitement (des Go en plus), il vous invite à faire connaitre le service à vos amis. Pour chaque nouvel ami invité, vous gagnez quelques choses. Cette viralité a permis à l’entreprise de devenir la solution Cloud de stockage numéro un pour le particulier. Soooo Smart.

 

6 exemples de Growth Hack pour la viralité/référent

 

1. Après l’inscription : fournir les outils pour que l’utilisateur invite ses amis. Un bouton de réseau social ou d’envoi de mail à ses amis, l’import de sa base de contact gmail..

 

2. Après achat : Amazon permet de Twitter ses achats. C’est un super moyen de faire connaitre le service à leur proche.

 

3. Rendre le produit lui-même viral : On a vu Hotmail avec sa célèbre phrase, mais il existe aussi Mailchimp (service d’envoi de mail) qui met son nom en bas de chaque mail qu’il envoie (des millions !) ou encore SurveyMonkey qui laisse son nom et logo dans chaque étude de marché que font leurs utilisateurs !

 

4. Demander : demander simplement à vos clients de recommander le service. Si votre produit est bon, ça marche étonnamment bien.

 

5. Appli mobile : dans le cas d’une appli mobile, offrez la possibilité d’importer ses contacts (comme What’s App par ex). Ainsi, on peut inviter dans notre service toutes les personnes que la première personne a importé.

 

6. Payer le référent : pour chaque ami qui utilise le service, on peut rémunérer le référenceur 10 euros (par ex). Il est ainsi incité à amener plus de gens. Voir l’excellent programme référent d’AirBnb !

 

R : Revenu

 

revenu

 

Je ne m’étalerai pas plus que ça sur la partie revenu. La seule chose que vous devez comprendre, c’est qu’il est important de mettre des métriques en place pour voir l’impact de tous vos changements précédents (sur Acquisition/Activation/Rétention/Référent) vis à vis du revenu et ainsi savoir si vous allez dans le bon sens ou non. L’objectif d’une entreprise est l’accroissement de ses revenus. Vous pouvez multiplier votre taux d’acquisition par 5, si ça vous fait perdre de l’argent ce n’est pas une bonne chose.

 

Conclusion de la partie théorie

 

Et voici pour la théorie ! Comme je vous l’ai expliqué plus haut, ce guide ne se veut pas exhaustif, mais un simple document permettant au débutant de comprendre les principes du Growth Hacking et de se prendre en main pour débloquer la croissance de son entreprise. La partie ci-dessous devrait vous plaire (c’est en général le cas des ressources!). Vous y trouverez une liste d’outils à utiliser en Growth Marketing, les sites et forums à suivre ainsi que les livres à lire pour progresser sur la voix du Jedi Growth Marketeur.

 

Partie Ressources

 

Les 18 outils pour Growth Hacker :

 

Voici une liste d’outils très utile ! Je les ai regroupés par thème. J’en utilise certains tous les jours, d’autres occasionnellement ou dans certaine situation. Vous aurez quand même de quoi vous amuser correctement :). Allons-y :

 

 

 

Métrics, stats, data :

 

Mixpanel

 

Mixpanel

 

Je commence par le petit chouchou des Growth Marketeur. Vous connaissez surement le service Google Analytics pour obtenir le trafic de votre site et leurs sources (parmi bcp d’autres options). Mixpanel fonctionne différemment, il est mis en place afin de déterminer la fréquence d’événement sur votre site. L’événement peut-être un simple clic sur un lien, une recherche, une inscription.. Bref, ce que vous voulez. Avec ça vous pouvez mesurer l’ensemble des stats de votre funnel de conversion et bien plus encore ;). Un peu plus compliqué à mettre en place que Google analytics, pour les non-programmeurs, faites appel à un ami ! À noter dans le même style l’outil Kissmetrics mais réservé aux grands comptes vu son prix.

 

CrazzyEgg/Sumome

 

analytics point chaud

 

Deux outils sympathiques. CrazzyEgg et l’option HeatMap de SumoMe affichent ce qu’on appelle les points chauds d’une page. Vous verrez l’ensemble des clics des utilisateurs ce qui vous permettra de déterminer quelle image est la plus cliquée, quel lien de votre menu et ainsi de suite. Si vous souhaitez que vos visiteurs se dirigent plutôt vers tel page, vous pourrez déplacer son lien vers l’endroit ou vos utilisateurs cliquent le plus. Bien utile pour l’optimisation de page. SumoMe étant gratuit et disposant d’un nombre incroyable d’autres services, installez-le en premier.

 

Nirror/Clicktale

 

nirror

 

Voici des outils plutôt récents. Je ne vais pas vous mentir, je n’ai pas eu l’occasion de les tester et je ne suis pas certain que ce soit le premier outil de données utilisateurs que vous devez mettre en place. Néanmoins ils sont assez intéressants pour que j’en parle ici. Nirror et Clicktale permettent, chacun à leur manière, de visualiser l’activité d’un utilisateur sur votre site en live. C’est-à-dire qu’on voit la souris bouger et le visiteur se déplacer de page en page sur votre site ! Leurs utilités ? Observer le comportement de l’utilisateur et voir s’il comprend comment se déplacer au mieux. Je pense que ces outils sont très utiles dans une démarche qualitative d’observation du comportement d’un utilisateur, surtout en début de projet. Testez d’abord Nirror, c’est français.

 

Aide à la conversion – A/B testing

 

Optimizely

 

A/B testing

 

L’A/B testing consiste à offrir à vos visiteurs deux pages différentes afin de tester celle qui convertit le mieux. Quand 50% des visiteurs verront la version A de la page, 50% des autres visiteurs obtiendront la version B. Optimizely reste l’outil idéal pour tester ce genre de chose et son utilisation demeure ultra simple. Pas besoin de coder, vous déplacez seulement tel bouton ici ou tel image là et vous attendez un moment d’avoir assez de trafic pour que vos résultats soit pertinents. Seul bémol ? Pour obtenir des résultats « statistiquement fiables » vous devez recevoir beaucoup de trafic. Il est convenu que 30 000 visiteurs par mois demeurent un minimum pour se voir afficher des chiffres dits « pertinents ».

 

Unbounce

 

A/B testing 2

 

Unbounce se bat pour le même objectif que Optimizely, la conversion. L’outil est un peu différent dans son utilisation, car il propose de créer des pages entières, alors que l’outil précédent fait de petites modifications sur votre site pour les tester. Néanmoins, l’A/B testing fait partie intégrante de l’outil et les stats de conversion obtenues demeurent la valeur ajoutée de celui-ci.

 

Scraper

 

Kimonify / Import.io

 

scraper

 

J’ai regroupé ces deux outils, car même s’ils agissent différemment le résultat se trouve être un peu le même. Vous avez besoin de pomper de grandes quantités de données sur un site sans passer des heures à copier/coller ? Filez voir ces outils, c’est magique, on définit ce qu’on veut prendre et on laisse tourner le service; Et bim ! toutes nos datas bien rangées dans une feuille Excel. Si vous désirez obtenir par exemple une liste de produits sur un site e-commerce avec leurs prix, références, délais de livraison.. Vous scrapez tout ça vite fait bien fait :). On ne les utilise pas tous les jours, mais quand on en a besoin ça nous sauve la vie !

 

Scraper chrome/Scrapebox

 

scrapebox

 

Des scrapers, ils en existent des tas. L’extension pour Chrome présenté ici fait partie de vos options et il marche très bien. Scrapebox demeure un peu différent. C’est un outil que je connais depuis des années et qui se trouve être bien utile pour le référencement. De nombreux tutoriels existent décrivant son fonctionnement et je vous invite à les rechercher sur votre moteur de recherche favori. Je vous laisse checker tout ça.

 

Automatisation :

 

Imacros (firefox version)

 

imacros

 

Vous savez que je suis un fana complet d’automatisation. Quand je découvre de petits programmes intelligents qui vous permettent de sauver des heures de travail, je suis tout excité ! Imacros en fait partie. Avec une extension Imacros (Firefox, Chrome), vous pouvez automatiser toutes vos tâches sur navigateurs. L’outil exécute des actions comme un clic ou le remplissage d’un formulaire comme-ci c’était un humain qui le faisait. Quand vous avez des tâches ultras répétitives à faire, vous programmez (ou faites programmer sur Fiverr pour 5$) un script qui va donner à Imacros toutes les étapes à exécuter. Disons que vous devez poster tous les jours des articles sur les réseaux sociaux. Imacros va aller chercher les bonnes infos dans un fichier Excel que vous avez créé en amont et tout faire tout seul de l’identification au publipostage et à la déconnexion du site. Les possibilités sont immenses. Dès que vous avez des tâches répétitives, pensez Imacros et vous pourrez gagner de nombreuses heures de travail toutes les semaines.

 

Zapier/Iffft

 

make a zap

 

Ok, là on met le téléphone en mode avion, on éteint la télé, on ferme toutes les portes à triple tour et on écoute bien. Zapier et Iffft sont deux outils FORMIDABLES. Ils permettent de connecter deux services/outils entre eux et d’automatiser un nombre colossal de tâches. C’est le genre d’outils qui font tellement de choses cool qu’on ne sait même pas quels exemples donner. Avec Zapier et son concurrent IFFFT, vous pouvez par ex :

 

– Connecter Gmail et Trello pour que dès que vous recevez un mail sous une certaine forme les informations de ce mail aillent dans la bonne board Trello.

 

– Connecter Paypal et Slack pour que dès que vous recevez un paiement vous soyez informés dans Slack.

 

– Connecter Evernote à Twitter pour que chaque fois que vous enregistrez une note à un endroit elle soit postée sur Twitter.

 

Le mieux c’est d’aller voir sur leur site. Vous sélectionnez deux services que vous utilisez souvent et regardez ce que vous pouvez faire. Un must de l’automatisation.

 

Mailing – Follow up

 

Mailchimp/Aweber

crm mail

 

Mailchimp et Aweber sont deux services d’emailing concurrents. J’utilise les deux et même si Mailchimp reste plus convivial, Aweber marche bien. Avec ces outils vous pouvez envoyer de grandes campagnes d’emailing, faire de l’A/B testing, créér vos messages de séries follow up (comme sur ma newsletter ou vous recevez un an de contenu gratuit 🙂 ). Indispensable pour les blogueurs, utile pour les GH.

 

Vero /customier.io

 

email targeting

 

Ces deux outils sont utilisés par les Growth Hackers dans le cadre de la conversion et de la rétention. Ces services vous offrent la possibilité de déclencher des mails pré-écrits selon une certaine action de vos utilisateurs ou un certain timing. Disons qu’un client a laissé son panier d’achat plein sans passer la commande, vous pouvez déclencher un email lui demandant s’il a eu un petit souci technique ou encore lui offrir un bon de réduction pour qu’il la finalise. Ce genre de stratégie devient indispensable pour toute entreprise sur internet.

 

Feedback client/ Amélioration du service

 

Qualaroo

 

feedback

 

Qualaroo a été fondé par Sean Ellis (remember : le premier à avoir utilisé le terme « Growth Hacker »). C’est un service qui permet de lever une petite pop-up (généralement en bas à droite de votre écran) qui pose une à deux questions à utilisateurs. Le but reste d’obtenir des feedbacks client afin d’améliorer son service et son offre.

 

Typeform

 

formulaire

 

Typeform est un outil simple et pratique de création de formulaire; mais attention c’est du formulaire super stylé ! Si vous avez besoin de récupérer des informations de vos utilisateurs, il faut passer par ce service. On augmente la conversion et on a plus la classe :).

 

Zopim

 

tchat live

 

Zopim fait parti des outils de communication très utilisés par les sites e-commerces et les services en ligne. En étant présent pour aider par tchat vos utilisateurs, vous augmentez sensiblement le taux de rétention. Il est important d’être réactif, d’aider et orienter le client au mieux et c’est le genre d’outils qui vous permet de le faire. À prendre réellement en considération.

 

Sans catégorie, mais pas sans intérêt :

 

Intercom.io

 

gestion client

 

Logiciel de gestions des utilisateurs numéros 1 et meilleur ami de nombreux Growth Hacker. Parfait pour augmenter conversion, rétention, référent et donc revenu. Avec Intercom.io vous pouvez obtenir des informations sur vos utilisateurs (d’où ils viennent, combien de fois ils sont passés sur le site, date de la dernière visite), entrer en interaction avec eux (Inapp Tchat à la Zopim), déclencher des mails A/B testés à certains moments (à la customer.io), apporter une aide avec l’interface de support.. et beaucoup d’autres choses. Si vous avez des clients, testez-le.

 

segment.io

 

segmentation

 

Marre d’aller voir vos données dans 10 services différents ? Segment.io vous agrège l’ensemble de vos datas sous un seul et même service, ce qui rend le tout bien plus lisible. Pour ne pas se perdre dans tout ces logiciels, c’est parfois mieux de concentrer le plus de données dans un seul endroit tout beau tout propre.

 

Mention

 

ne laissez rien passer

 

Mention est un bel outil qui permet de faire de la veille sur les mots-clé qui vous intéressent et de réagir facilement quand ceux-ci sont détéctés. Par exemple, si vous suivez le nom de votre entreprise, Mention va surveiller l’ensemble du Net (réseaux sociaux compris) et vous permettre de répondre immédiatement sur le service ou votre nom est apparu. Essentiel pour les entreprises de tailles moyennes et plus, un peu cher pour les petites. cc @mention

 

Slack

 

tchat discussion

 

Comment ne pas citer l’outil que tous les Growth hackers de la planète utilisent pour dialoguer entre eux. Vous vous souvenez d’IRC, le réseau de tchat ? Slack me rappel ce genre d’outil. Vous pouvez créer vos channels publics ou privés, dialoguer avec qui vous voulez, envoyer des fichiers, retrouver d’ancienne conversation et plus encore. Si vous travaillez en équipe, laissez tomber les mails, et mettez-vous à Slack. Ps: Mattez la courbe de croissance de Slack. C’est ce genre de data qui fait fantasmer les Growth Hackers.

 

Il existe évidemment de nombreux autres outils très intéressants, mais si je devais les lister ce guide ne serait jamais fini. En tout cas vous avez assez de services web et outils pour démarrer tranquillement. Voyons maintenant le reste des ressources indispensables.

 

Les 10 forums, sites et blogs à suivre :

 

Forum :

 

Quora/growth-hacking : Quora est un super site de questions/réponses. Vous y trouverez un tas d’infos intéressantes.

 

Communauté Frenchstartups slack : Communauté de Growth Hackers français qui discutent entre eux  via Slack. Peut-être très utile pour se faire des contacts.

 

https://growthhackers.com/ : C’est la base ! Forum de Sean Ellis, extrêmement bien fait, un nombre d’infos incroyablement bonnes. À lire surtout la section « Must Read ».

 

Sites/blogs :

 

https://www.growthhacker.tv/ : Plus de 150 interviews de Growth Hacker mondialement connu. C’est payant, mais vous en avez pour des heuuuures de bonnes idées.

 

The Backchannel, hosted by andrewchen : Andrew Chen reste très respecté par la communauté des startuper et Growth Hacker. Spécialiste de la viralité, ces essais sont toujours d’une justesse effarante !

 

Brian Balfour’s Coelevate : VP growth chez Hubspot, brian est un des meilleurs Growth Hacker au US. Son blog offre une mine d’informations indispensables.

 

Ryan Gum : Blog simple et efficace. Toujours de bons articles.

 

Sujan Patel : Bon blog de webmarketing et Growth Hacking. Les articles vous font toujours découvrir quelques choses de nouveau.

 

 

Les 6 Livres Growth Marketing / Startups :

 

Growth Hacker Marketing de Ryan Holliday : Ok, si vous voulez commencer par un livre sur le Growth hacking ça sera celui là. C’est le livre de base pour comprendre la théorie et le principe de ce nouveau style marketing. Ryan est un auteur à succès, au passage, jetez un oeil sur son bouquin  » The Obstacle Is The Way », c’est dans mon top cinq de mes meilleures livres de tous les temps et un de mes livres de chevet :).

 

Lean start-up: vous avez certainement entendu parlé de la méthodologie de création d’entreprises lean startup. Ce livre en est le fondement. Vous devez le lire.

 

Traction : Qu’est ce que la traction, comment l’obtenir ? Tout est expliqué dans ce livre . Ce bouquin sera peut-être la clef qui va mener votre startup vers la réussite grâce à un framework simple à suivre.

 

Crossing the Chasm : Vous avez de la traction ? Des early adopters ? il est temps de passer à l’étape supérieure, ce livre va vous y aider. Pas spécialement Growth Hacking, mais toujours bon à lire.

 

Contagious : J’ai toujours cru que la viralité était une affaire de chance. Ce livre m’a ouvert les yeux. Même si la chance reste un facteur à prendre en compte, vous pouvez gérer la viralité et même la créer. Un des meilleurs livres de marketing jamais écrit.

 

Hooked : un seul mot, Rétention. Ce livre est un must-read pour « accrocher » vos clients, c’est à dire les garder et faire qu’ils recommandent, encore et encore.

 

 

 

Conclusion

 

Quelle aventure ! Ce guide m’a pris de nombreuses heures de mes soirées et week-ends et j’espère qu’il vous a permis d’apprendre quelque chose ! Mon but était de fournir une base de connaissances pour démarrer dans le monde du Growth Marketing et si le sujet vous intéresse, il y a déjà de nombreux articles sur la page Archives. Si vous avez trouvé ce document utile, je vous serai infiniment reconnaissant de le partager sur les réseaux sociaux.

 

Un simple tweet me rendrait très heureux !

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en mail ou via mon tweeter : @thibPatouillard

 

PS: I love you !